Résultats du sondage de Vie autonome Canada: Les Canadiens handicapés sont très préoccupés par la COVID-19

Ottawa, Ontario : Vie autonome Canada (VAC) publie les premiers résultats d’une enquête réalisée le 5 mai 2020. Cette enquête portait sur les personnes handicapées, le personnel et les bénévoles des 24 centres de vie autonome du Canada. ​Les questions ont été conçues pour évaluer les préoccupations concernant COVID-19.

Sur les 325 personnes interrogées, près de cinquante pour cent étaient des personnes handicapées. Dans l’ensemble, de graves préoccupations ont été exprimées sur divers aspects concernant les questions relatives à la COVID-19. Les personnes handicapées étaient plus susceptibles, et plus du double de leurs travailleurs ou bénévoles, d’être préoccupées par les menaces pour la santé ou l’isolement social que pose COVID-19. Plus de 91 % des personnes interrogées se sont dit « inquiètes » d’être infectées par le coronavirus, et 60 % d’entre elles ont déclaré être « très inquiètes ». 

Les deux tiers des personnes handicapées sont « préoccupés » :
• De ne pas pouvoir se procurer régulièrement de la nourriture et des produits l'épicerie,
comme auparavant.
• Ne pas avoir assez d'argent pendant la pandémie pour acheter de la nourriture ou payer
le loyer.

Une personne interrogée a déclaré : « …selon le gouvernement, nous n’existons pas à leurs yeux ; le donner seulement aux personnes auxquelles vous voulez le donner n’est pas juste. Je n’ai qu’un faible revenu et j’arrive à peine à le faire, alors où est l’aide ? »

Un autre a ajouté : « Il y a de l’aide pour tout le monde sauf pour nous. Les personnes handicapées comptent aussi ! La nourriture est tellement chère maintenant que je dois choisir entre payer un loyer ou acheter de la nourriture. Le gouvernement devrait nous aider, nous qui avons des handicaps qui ne peuvent pas se permettre de vivre ».

Dans les 80 % des personnes ayant exprimé une « préoccupation », plus des deux tiers des personnes handicapées étaient « très préoccupées » :

  • Ne pas avoir accès à l’équipement de protection individuelle.
  • Ne pas avoir le droit ou la capacité de subir immédiatement un test COVID-19.
  • Ne pas recevoir le même niveau de traitement médical si elles devaient être hospitalisées pour COVID-19.
  • Ne pas être consulté comme les autres pour être traité pour COVID-19.
  • Être plus isolé socialement que jamais.
  • Penser que si un choix devait être fait quant à qui vit ou meurt à cause de COVID-19, « moi, en tant que personne handicapée, je serai choisie pour mourir ».

Quatre-vingt-un pour cent des personnes interrogées s’inquiètent de ne pas pouvoir consulter un médecin ou obtenir un approvisionnement normal de médicaments sur ordonnance. « Se rendre plusieurs fois à la pharmacie parce que le nombre de médicaments requis a été réduit à un mois d’approvisionnement au lieu de 90 jours, ce qui entraîne des coûts supplémentaires et une augmentation du nombre de voyages par mois à la pharmacie ».

Pour plus d’informations, contactez notre bureau d’Ottawa (613) 563-2581 /  info@ilc-vac.ca

Télécharger